Imprimer cette page

Actualité

24/04/2012

Planter pour changer l'image du quartier

Catégorie : Au coeur des services

Article du Républicain Lorrain du 20/04/12

Depuis quelques mois, le quartier ouest revit. Les tensions se sont apaisées. Le projet communal de jardins partagés, avenue des Tilleuls, va permettre aux habitants de recommencer à s'approprier l'espace public.

Les vingt-deux parcelles du jardin partagé, dont les travaux devraient débuter en juin, seront implantées à côté de la maison de quartier Le Brouck. Photo RL

Le climat est plus serein, dans le quartier ouest de la ville. Et surtout aux alentours de la tour des Tilleuls, depuis sa fermeture en juillet dernier. Ce constat, tout le monde le fait : des élus jusqu'aux riverains et habitants. « Suite aux derniers événements, on s'est rendu compte que le quartier a été pas mal déserté, même si on voit de plus en plus d'enfants jouer dehors. L'idée est que les habitants se le réapproprient », résume Fanny De Arcangelis, éducatrice spécialisée du club de prévention. Sylvia Waldung, adjointe au maire, trouvait dommage que des espaces verts soient inoccupés. Elle impulse donc l'idée de les utiliser. « Et pourquoi pas permettre aux habitants de cultiver, planter des fleurs ou des épices... »

L'élue s'est donc mise à la recherche de partenaires pour créer des jardins partagés. Le club de prévention, le CMSEA (Centre médical spécialisé de l'enfant et de l'adolescent) et l'Udaf via Alexandre Del Ben - conseiller en économie sociale et familiale - sont partants ! Les travaux, financés par la Ville, devraient commencer en juin, entre la maison de quartier Le Brouck et l'avenue des Tilleuls. Le chantier doit durer deux mois.

Et en août, les jardiniers devraient pouvoir se mettre au travail.

Déjà de l'attente

Depuis mi-janvier, l'instigatrice du projet tient des permanences tous les mardis matin à la maison de quartier du Brouck. Et les jardins partagés sont un véritable succès. Les vingt-deux parcelles ont déjà été attribuées, et une dizaine de personnes est sur liste d'attente. « Durant la première année, nous accompagnerons les habitants, pour qu'ils deviennent autonomes », souligne Sylvia Waldung. « L'idée est qu'ils gèrent ensuite eux-mêmes le jardin, en créant une charte esthétique, un règlement, et en montant une association », ajoute Fanny De Arcangelis.

Chaque parcelle, de sept mètres sur deux, sera délimitée par des allées gravillonnées. Et l'ensemble du jardin sera entouré d'une clôture végétale faite de clématites et de lierres. « Une aire de convivialité va également être installée, avec des tables et des bancs pour que les riverains puissent venir s'y reposer, discuter... », complète l'adjointe au maire. Autre objectif visé par Sylvia Waldung : permettre aux personnes en difficulté de remonter leur estime de soi, en éprouvant la satisfaction de récolter les fruits de leur travail.

Le club de prévention aura aussi droit à une parcelle, afin de monter un projet pédagogique. « Jardiner demande de la patience et des efforts. C'est ce qu'on va apprendre aux enfants, en leur redonnant le goût de joies simples », confirme Fanny De Arcangelis.

« Changer les mentalités »

Un autre projet est actuellement à l'étude, concernant les espaces résidentialisés, au pied des immeubles Batigère de la rue Mozart et d'un côté de la rue Anatole-France. « Avec le bailleur social, le CMSEA et le centre social, nous souhaitons aménager ces parties. Et cela se fera en concertation avec les riverains, pour savoir ce qu'ils désirent avoir au pied de leur habitation », détaille Sylvia Waldung.

Entre ces deux projets et la rénovation urbaine, le quartier ouest « est à une charnière. Il faut en profiter pour changer les mentalités. Car se réapproprier l'espace public va permettre de déranger le commerce illicite, gêner les dealers de drogue et leurs clients dans leur trafic ! », lance Sylvia Waldung.

Vanessa PERCIBALLI.
LE REPUBLICAIN LORRAIN


|

Page précédente :  
Page suivante : L'association