Imprimer cette page

Actualité

02/08/2012

Deux projets, un soutien commun

Catégorie : Logement

Article du Républicain Lorrain du 06/07/12

La Mission locale et l'Union départementale des associations familiales (Udaf) de Sarreguemines ont été retenues par la Fondation de France. Elle soutient les projets innovants en matière d'engagement solidaire.

 Christine Auclair de l'Udaf, Karine Appel-Blatnik et Paula Vicencio de la Mission locale, ont présenté des projets à caractère social retenus par la Fondation de France. Photo RL

Une cinquantaine de projets présentés en Lorraine. Huit lauréats retenus parmi lesquels figurent deux associations sarregueminoises, la Mission locale et l'Udaf, toutes deux honorées par la Fondation de France. Un organisme privé soutenant les actions à caractère social en délivrant un diplôme d'engagement solidaire et en attribuant des financements.

Allez les filles !

Dans le registre "insertion", la Mission locale a présenté une action en direction des jeunes filles des quartiers, en partenariat avec l'équipe de prévention. « Nous constatons que nous avons du mal à les mobiliser, regrette Paula Vicencio, la directrice. Beaucoup sont bénéficiaires de l'allocation parent isolé et il est difficile de travailler avec elles sur leur insertion professionnelle. » L'association, spécialisée dans l'accompagnement des jeunes de 16 à 25 ans, a donc souhaité œuvrer en amont pour les sensibiliser à une pratique sportive. « Le sport véhicule des valeurs positives. Il permet de travailler sur la santé, la diététique, l'image de soi... », tout en élaborant un projet professionnel.

Lancée l'an dernier, l'action intitulée "Allez les filles !" réunit une dizaine de participantes et se déroule en trois étapes. Dans un premier temps, les jeunes prennent part à des ateliers. Puis, coachées par Karine Appel-Blatnik de la Mission locale, elles démarrent les entraînements dans une salle de sport. « Le but est qu'elles s'abonnent et surmontent le regard des autres , détaille la référente. Beaucoup n'osent pas entrer dans ce lieu jugé sélectif. Mais une fois à l'intérieur, elles se rendent compte que tout le monde est en jogging, que les barrières sociales tombent... » Elles prennent aussi conscience des bienfaits de la course à pied en se fixant l'objectif de participer aux 10 km de Sarreguemines, en octobre. Un ultime défi venant clore cette action pour laquelle la Mission locale a obtenu 5 000 € de la fondation et des aides de la ville. Ils lui permettent de payer les abonnements, le matériel, les tenues...

Financement pérenne

Dans un tout autre registre, l'Udaf a soumis un projet en direction des familles et des enfants. « Nous gérons différents services, dont deux CHRS (centre d'hébergement et de réinsertion sociale) à Sarreguemines et Forbach, et une maison relais à Hombourg-Haut, explique Christine Auclair, directrice du service hébergement-logement. Nous constatons que de plus en plus de personnes accueillies sont parents. » Elles n'ont pas le droit de garde, mais d'hébergement. « Or nos structures ne leur permettent pas de recevoir leurs enfants», risquant de compromettre leurs relations. « D'après les statistiques, on sait que si les droits ne sont pas exercés pendant un an, les liens sont définitivement coupés... » Et pour parer cette situation, l'Udaf a profité d'une circulaire en 2008 appelant à des projets innovants en direction "des grands marginaux". « Nous avons loué un appartement à Forbach, le point central du Bassin houiller. Il est meublé et équipé de tout le nécessaire pour qu'on s'y sente chez soi. »

Présenté en 2008, le projet a été le seul retenu en Lorraine et a nécessité l'embauche d'un travailleur social chargé de vérifier si le parent peut exercer son droit. Dans le cas contraire, à l'aider à l'obtenir. « Rapidement, l'appartement a enregistré un taux d'occupation de 100 % le mercredi, le week-end et durant les vacances scolaires. » Mais en 2010, l'État a cessé de le financer. L'Udaf a donc sollicité la Fondation de France et s'est vue octroyer une aide de 20 000 €. Couplée aux subventions de la Caisse d'allocations familiales, elle permet de couvrir le coût de fonctionnement estimé à 50 000 €. « Mais nous sommes toujours à la recherche de financements pérennes. »

A. K.

LE REPUBLICAIN LORRAIN


|

Page précédente :  
Page suivante : L'association