Imprimer cette page

Actualité

11/01/2013

Détresse sociale : créer plus d’hébergements d’ici à 2016

Catégorie : Au coeur des services

Articles du RĂ©publicain Lorrain du 9/01/13

La direction de l'Union départementale des associations familiales (Udaf) a rencontré les salariés de l'institution à Forbach. Dans le Bassin houiller ou à Sarreguemines, l'objectif est d'accentuer l'accueil des plus fragiles d'ici 2016.

Une centaine de travailleurs sociaux de Moselle-Est ont été réunis avant-hier par leur employeur : l'Udaf Moselle qui gère notamment plusieurs lieux d'héberge-ment pour des familles en détresse sociale. Photo Philippe RIEDINGER

Marcel Dossmann, directeur général de l'Udaf Moselle depuis un an, a réuni ses troupes de Moselle-Est et Sud, avant-hier, à la salle polyvalente de Forbach. Plus d'une centaine de travailleurs sociaux ont ainsi pris connaissance de la feuille de route de l'association pour la période 2013-2016.

Le Républicain Lorrain : Vous souhaitez mobiliser les salariés de l'Udaf autour d'un projet commun. L'institution manque-t-elle de cohésion ?

Marcel Dossmann : Tout le monde reconnaît notre grand professionnalisme mais le fonctionnement de l'institution était balkanisé. Chaque service remplit sa mission, mais dans son coin. Nous avions besoin d'une plus grande transversalité, de coordination. Il faut décloisonner pour offrir une plus grande lisibilité de notre action à nos salariés. Notre but sera de se doter d'un outil de management, de communication interne et externe... Nous voulons développer un engagement commun, une culture d'entreprise au sein de notre association qui compte 328 salariés dans le département. Surtout, mon message à consister à réaffirmer la place centrale de l'usager, c'est-à-dire de ces familles et ces personnes vulnérables, les plus fragiles de notre société.

Un service d'accueil d'urgence

Justement, en Moselle-Est, vous possédez plusieurs structures d'hébergement. Qu'est-il prévu pour celles-ci à l'horizon 2016 ?

Nous avons actuellement 44 places d'accueil dans onze appartements dans le Bassin houiller pour des ménages avec enfants qui vivent une situation de grande difficulté. Nous allons passer à douze appartements et 48 places.

A Sarreguemines, nous avons pour projet de mettre en place une résidence d'accueil pour personnes atteintes d'un handicap psychique.

Cette création pourrait être financée par l'Etat.

A Sarreguemines, nous souhaitons déménager notre centre d'hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) qui se trouve rue Geiger. Nous souhaitons construire un bâtiment neuf, rue Cazal toujours à Sarreguemines dans le quartier des faïenceries. L'objectif est de mettre en service cette structure de 24 places, dans un environnement totalement neuf, pour la fin de l'année 2015.

Quel public est accueilli dans ce CHRS ?

Quand une personne se retrouve à la rue, en très grande détresse sociale, elle peut faire appel à nous.

Cela peut ĂŞtre une femme battue avec ses enfants, des hommes seuls sans-abri, etc. Nous trouverons toujours une solution, notamment pour les situations d'extrĂŞme urgence. Le CHRS, c'est notre service d'urgences, il fonctionne 24 h/24 et 7 jours/7.

Stéphane MAZZUCOTELLI.

 

L'Udaf et ses missions

 

Les Udaf, rattachées à l'Unaf créée en 1945, sont des institutions semi-publiques qui fonctionnent en mode associatif. Leur objectif est d'agir pour favoriser la prise en compte des problèmes des familles françaises dans les politiques économiques et sociales. Leur rôle est donc de défendre la famille auprès des pouvoirs publics. Les Udaf nomment des représentants au sein de diverses structures institutionnelles qui sont des partenaires : caisse de sécurité sociale, caisse d'allocations familiales, établissements publics de santé, offices de l'habitat, commission de surendettement, centres communaux d'action sociale, etc.

Les Udaf sont aussi devenues des entreprises de l'économie sociale. L'Udaf de la Moselle assure le suivi de milliers de personnes ou de ménages en grande difficulté d'insertion. Elle gère des lieux d'hébergement, en particulier en Moselle-Est.

Elle compte deux centres d'hébergement éclaté (CHE) dans le Bassin houiller (44 places) et dans l'agglomération sarregueminoise (55 places). Ces CHE s'adressent à des ménages avec enfants privés de logement. Onze appartements sont, par exemple, loués à des bailleurs à Forbach, Creutzwald, Stiring, Hombourg-Haut afin d'accueillir ce public en difficulté. Un accompagnement à la réinsertion complète ce dispositif d'accueil. Le centre d'hébergement et de réinsertion sociale de Sarreguemines (24 places en collectif) est davantage tourné vers les situations d'extrême urgence.

Toujours en Moselle-Est, l'Udaf a mis en place, depuis 2008, une équipe mobile (ou maraude) chargée d'aller au contact de la population errante ou vivant en habitat précaire afin de proposer une aide matérielle immédiate (boisson chaude, repas, couvertures, orientation vers lieux d'accueil, etc).

RĂ©ticences sur le mariage gay

 

L'Udaf se pose en porte-parole des familles et de leurs réalités quotidiennes. Or, deux sujets brûlants d'actualité touchent les préoccupations de l'association : les rythmes scolaires et le mariage pour tous.

Sur le retour à la semaine de quatre jours et demi dans les écoles, avec cours le mercredi matin, Marcel Dossmann ne se prononce pas. En revanche, il insiste sur le fait que les familles aspirent aujourd'hui à davantage de stabilité sur cette question. Il est vrai chaque gouvernement à tendance à revenir sur ce qu'avait décidé l'ancien dans ce domaine.

Sur le mariage gay, les réticences de l'Udaf Moselle sont évidentes. Le président de l'institution, le Dr Alix Fiorletta, a même envoyé un courrier à tous les maires du département pour réclamer une consultation plus large sur le sujet. Mais la lettre se termine par ce paragraphe : « L'Udaf rappelle son attachement au mariage de l'homme et de la femme et réaffirme que tout enfant a besoin d'un père et d'une mère... »

328 salariés

328 : c'est le nombre de salariés que compte l'Udaf de Moselle. Il s'agit essentiellement de travailleurs sociaux.

L'institution gère environ 130 places d'hébergement en Moselle-Est pour les personnes ou ménages en grande détresse sociale.

Dans tout le département, elle accompagne 6 000 bénéficiaires du RSA par délégation de mission du conseil général.

4 000 Mosellans faisant l'objet de mesures de protection juridique sont également soutenus par l'Udaf, une mission confiée par des magistrats pour des personnes placées sous tutelle ou curatelle par exemple.


|

Page précédente :  
Page suivante : L'association