Imprimer cette page

Actualité

09/10/2014

« Nous sommes en colère ! »

Catégorie : Politique familiale

Article du RĂ©publicain Lorrain du 07/10/14

Point de vue prestations familiales

Le Dr Alix Fiorletta préside l'Udaf de Moselle. Photo RL

Le Dr Alix Fiorletta, président de l'Union départementale des associations familiales, le dit à qui veut bien l'entendre : les mesures d'économie sur la branche famille arrêtées par le gouvernement sont un sale coup.

Comment avez-vous accueilli ces nouvelles mesures annoncées par le gouvernement ?

Très mal ! Nous ne comprenons pas cette atteinte à la politique familiale ! Cela remet en cause 20 ans de bonne construction de la politique de la famille. Même les Allemands sont venus la copier. La France a un taux de naissance de 2 enfants par couple, en moyenne. Ce qui est largement au-dessus des autres pays dont la moyenne est de 1,5.

La France a-t-elle encore les moyens de cette politique ?

Je sais seulement que cette politique familiale est attaquée de plusieurs façons. Je pense à la diminution du quotient familial à laquelle vient s'ajouter la diminution de la prime au 2e enfant qui passe maintenant de 950 € à 320 €. Elle est divisée par trois ! Avec ce prétexte fallacieux de dire que, déjà équipé avec le 1er enfant, on a moins d'équipement à acheter pour le 2e.

Le congé parental est aussi attaqué. Il était de trois ans jusqu'à maintenant. Pour n'importe lequel des deux parents. En le ramenant, obligatoirement, à 18 mois pour chacun des deux parents, le gouvernement sait pertinemment qu'il fera l'économie des 18 mois accordés au père. Seulement 4 % des hommes prennent un congé parental. Ils estiment que cela gâche leur carrière. L'État mise sur une économie de 2 à 300 millions d'euros.

Quelles seraient, selon vous, les conséquences de ces différentes mesures ?

Tout ceci va déboucher sur une diminution des naissances. On en est presque sûr ! Comme en Allemagne où c'est une catastrophe. Ils sont obligés d'appeler des étrangers pour venir travailler chez eux. Les conséquences risquent même d'être pires en France. Notre système est basé sur la répartition. C'est-à-dire que nos retraites seront payées par les futurs adultes, donc par les enfants de maintenant. Or ils vont diminuer parce que la politique familiale va saper notre bon taux de naissance. Sans confiance, les familles feront beaucoup moins d'enfants. Nous sommes en colère ! La politique familiale est pratiquement détruite. Avec un enfant, le pouvoir d'achat diminue de 10 %, de 20 % avec deux enfants. Toute la politique familiale visait à éviter une trop forte baisse du pouvoir d'achat à des parents. Pour réduire l'écart avec des personnes sans enfants.

Les économies espérées ne le sont pas sur des choses sociales. Ce sont des économies sur l'investissement. Parce que, avoir des enfants, c'est un investissement sur le futur. Je parle du futur de la société.

Propos recueillis par Malick DIA.


|

Page précédente :  
Page suivante : L'association