Imprimer cette page

Actualité

18/01/2016

Le CHRS déménage le 28 janvier

Catégorie : Logement

Article du Républicain Lorraine publié le 15/01/16

Les clés du nouveau centre d'hébergement et de réinsertion sociale ont été remises, hier, à l'Udaf. Les résidents déménageront le 28 janvier et découvriront leur nouveau lieu de vie. Le changement est de taille.

Un record. Une année seulement a été nécessaire pour construire le nouveau centre d'hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) de l'Udaf, rue du Colonel-Cazal. « Une prouesse » relevée, hier, lors de la remise des clés. Elle souligne les efforts entrepris pour réhumaniser le lieu de vie des résidents. Des personnes défavorisées, privées de logement ou en passe de l'être. « Les délais sont exceptionnellement courts » , insiste François Breit, directeur de Sarreguemines confluences habitat, maître d'ouvrage. Le timing a été serré jusqu'au bout, mais tenu. Le bâtiment flambant neuf a été livré seulement un jour avant la date limite : le 15 décembre.

De 500 à 1 100 m²

Entre l'ancien CHRS rue Geiger et le nouveau, « c'est le jour et la nuit », tant les changements sont nombreux. A commencer par l'espace disponible : 1 100 m² contre 500 m², et surtout 24 places attribuées, « alors que les locaux actuels en comportent moitié moins, pour le même nombre de résidents , poursuit Céleste Lett, député maire. En ressortant de là-bas, nous avions un peu un sentiment de honte, tant les conditions de vie n'étaient plus acceptables. »

Le nouveau bâtiment, entouré d'un bardage en acier laqué rouge et orange, un clin d'œil à la tradition sidérurgique de la Lorraine, se compose de trois niveaux. Avec, au rez-de-chaussée, une salle de restauration, une cuisine professionnelle, une tisanerie, une bagagerie, une buanderie, une salle de réunion et les bureaux de l'équipe. Tous sont situés en enfilade, « pour parer aux situations d'urgences », décrit Christine Auclair, directrice du CHRS.

L'un sera dédié aux dossiers des demandeurs d'asile, un autre aux permanences des partenaires extérieurs (centre de dépistage, infirmier...), un troisième à l'équipe mobile, créée en 2008. « Elle sillonne toute la Moselle-Est, du Pays de Bitche à Creutzwald, pour aller à la rencontre des personnes sans domicile fixe. »

22 chambres

La maison compte 22 chambres réparties sur deux niveaux. L'un dédié aux hommes ; l'autre aux femmes, desservis chacun par un escalier qui leur est propre.

Les espaces nuit sont confortables. Avec 16 chambres de 20 m² ; deux chambres doubles de 31 m², pouvant accueillir des couples, et quatre de 25 m², qui permettront d'augmenter la capacité d'accueil, en période de grand froid. « Même si la capacité maximale est atteinte, on ne laisse pas quelqu'un dehors », enchaîne Christine Auclair. L'équipe pourra ajouter des lits de camp, comme l'hiver dernier, « où la demande était telle, que certains ont dormi sur le canapé ». Aux éducateurs le lendemain de trouver d'autres solutions d'hébergement. « Cela peut durer une nuit ou un an. En moyenne deux mois. L'objectif est qu'ils restent le moins longtemps possible, mais repartent dans les meilleures conditions. »

Au total, sur la ville, le CHRS dispose de 79 places d'hébergement. Le déménagement est prévu le 28 janvier, le temps de régler les dernières finitions.

Christine Auclair, directrice du CHRS, a assuré la visite du centre. Au rez-de-chaussée sont situés les bureaux administratifs et les parties communes

Les 22 chambres sont réparties sur deux niveaux. L'un dédié aux femmes ; l'autres aux hommes.

Les clés du CHRS ont été remises hier. Photos Thierry NICOLAS

 


|

Page précédente :  
Page suivante : L'association